Grossesse : limiter les fuites

Encore taboues, les fuites urinaires durant la grossesse et les mois suivant la naissance concernent une femme sur trois. En cause, notamment, les bouleversements hormonaux mais aussi l’accouchement. On prévient.
Muscler son perinee

Pendant la grossesse

Le surpoids et l’augmentation de l’utérus sollicitent beaucoup le périnée, cet ensemble de muscles qui s’étend du pubis au coccyx et soutient la vessie, les organes génitaux et le rectum. C’est lui qui commande la continence. En contenant sa prise de poids durant la grossesse, on limite la pression exercée sur le périnée et le risque corrélatif de fuites urinaires. La pratique de certains sports comme le jogging peut également contribuer à affaiblir le plancher pelvien. Le bon réflexe, pour nombre de spécialistes ? Apprendre à renforcer ses muscles périnéaux dès la grossesse, en prévention.

Après l’accouchement

On se repose ! De nombreuses femmes reprennent une activité trop rapidement ; pourtant, seul le repos peut permettre à l’organisme, soumis à rude épreuve, de récupérer pleinement. Une rééducation périnéale prise en charge par l’assurance maladie est prescrite après la naissance pour aider le périnée à redevenir tonique. Même si la gêne a disparu, il est nécessaire de poursuivre jusqu’au bout cette rééducation ; à défaut, on augmente son risque d’avoir à nouveau des fuites dans les années qui suivent, voire de favoriser une véritable incontinence à long terme. Il est préférable d’attendre la fin de la rééducation pour reprendre le tennis, la course ou les sports sollicitant les abdominaux.

×