Maman d’ados ou Koh Lanta au quotidien

Vous étiez parents ? Vous voilà parents d’ados ! Fille ou garçon, c’est pareil : zéro immunité. En tout cas, on ne l’a que l’on arrive à trouver un compromis entre « Achète-moi un smartphone » et « Range ta chambre ».

Bienvenue dans l’âge ingrat ! La période maudite où l’on se demande ce qu’on a bien pu faire au Ciel pour avoir des monstres de 15 ans avec des pieds qui puent et qui nous mènent la vie dure. Pourtant avant, ils n’étaient pas comme ça, non ?!

Mamam et ado

Et d’ailleurs, on en profite pour les saluer (et leur demander pourquoi ils sont si méchants comme l’Orangina Rouge). Mais comment on fait nous pour co-mmu-ni-quer avec nos adolescents en pleine période de rébellion ?

Alors on se remet en question, et puis on tente parfois de sévir davantage, ou au contraire de lâcher du lest. Dans tous les cas, on a l’impression d’être le pire parent du monde, et de faire mal. Tout mal. Toujours mal ! Alors que dans le fond, ces grands bébés, on les aime plus que tout.

Des mots qui font mal

Et dans les pires cas, ce sont des engueulades. « De toute façon, les parents, ce sont tous des cons. » Sauf que c’est nous qui nous crevons à la tâche pour pouvoir leur acheter cette paire de chaussures qu’ils aiment tant, ou encore les emmenons en voyage avec nous pendant les vacances…

En clair, qui n’a jamais révé d’avoir un ado à la maison ? Pour Martine, c’est la triple peine. « J’en ai trois à la maison. Trois qui veulent un scooter. Trois qui veulent des fringues de marque. Que je leur laisse plus de liberté. Que je ne m’occupe pas de leur vie. Mais qui sont contents de me trouver quand il s’agit de laver leurs fringues qui puent et de leur faire à manger. Bref, mon père avait l’habitude de dire ‘c’est pas un hôtel ici !’. Je crois que je dis aujourd’hui exactement la même chose ! »

Voici quelques règles pour survivre à la préadolescence et à l’adolescence (et au reste aussi parce que c’est loin d’être fini) :

  • Ne pas oublier ses principes. Non, c’est non. Oui, c’est oui. Et on explique à chaque fois.
  • Si l’oralité n’est pas votre fort, écrivez-lui. Un petit mot fait souvent du bien, et un bout de papier, c’est du concret.
  • Prenez du temps pour vous. Vous toute seule, et vous avec votre ado.
  • Intéressez-vous à ses goûts et ses envies. Parlez-lui de ce que vous aimez aussi. Vous aurez sans doute des centres d’intérêt communs (allez on y croit !).
  • Enfin, dites-lui quand il vous fait de la peine. Il n’est pas qu’un monstre sans cœur. Il a juste un peu d’acné, c’est tout.
  • Vous êtes dingue !! Ne lisez JAMAIS son Facebook et son journal intime !
×