Famille moderne

Bébés : Quand faut-il appeler le médecin ?

Bebe au pediatre

Il est difficile de juger si votre bébé est réellement malade, mais c'est vous qui connaisez le mieux votre enfant, alors fiez-vous à votre instinct. Et parlez à votre médecin si une question vous tracasse. Appelez immédiatement le médecin si votre bébé présente l'un des symptômes suivants :

Lire la suite

On est maman est on assume !

Aaaah notre petit bout… La chair de notre chair. Ce bouchon que nous avons porté pendant près de neuf mois dans notre ventre. Et depuis le jour de sa naissance, tout notre vie s’est retrouvée bouleversée, aussi bien dans les bons que dans les mauvais côtés. On assume !

Organisation, responsabilité, petits pots, grippe et autres bobos : tout notre quotidien se transforme, et pas seulement. De simples adultes, nous sommes devenus des guerriers de la totote. Voire même un peu plus pour les mamans…

Maman heureuse

Lire la suite

Je ne veux pas d’enfants et j’assume !

Jamais maman, même pas peur ! Qui a dit qu’une femme devait obligatoirement devenir mère pour réussir sa vie ? Nous, on n’est pas d’accord. Et on fait ce qu’on veut de notre utérus. La pilule vaincra !

Oyé oyé, l’époque de Moyen-Age est révolue ! Non, l’instinct maternel n’est pas une fin en soi. Non, je n’ai pas encore envie de donner la vie, le sein et l’argent que j’ai économisé depuis dix ans.

Pas d enfants

Lire la suite

La maman qui veut toujours bien faire

Si « La femme parfaite est une connasse » (Edition J’ai Lu), à lire absolument pour se sentir bien dans jean trop serré, la mère parfaite, elle n’existe pas. Stop l’illusion : en plus d’être humaine, l’erreur est aussi maternelle.

Il n’existe aucun mode d’emploi sur la gestion d’un enfant : tout ça c’est du perso.

Mere parfaite

Lire la suite

Maman d’ados ou Koh Lanta au quotidien

Vous étiez parents ? Vous voilà parents d’ados ! Fille ou garçon, c’est pareil : zéro immunité. En tout cas, on ne l’a que l’on arrive à trouver un compromis entre « Achète-moi un smartphone » et « Range ta chambre ».

Bienvenue dans l’âge ingrat ! La période maudite où l’on se demande ce qu’on a bien pu faire au Ciel pour avoir des monstres de 15 ans avec des pieds qui puent et qui nous mènent la vie dure. Pourtant avant, ils n’étaient pas comme ça, non ?!

Mamam et ado

Lire la suite

L’enfant de doit pas être un frein à la séparation

Aujourd’hui, c’est une rencontre avec Michel, 55 ans, et père de 3 enfants... des trois unions différentes.

Des séparations en hausse

Divorce gateau

De nos jours, les familles séparées ou divorcées sont presque devenues la norme. Si on ignore leur nombre exact, on sait qu’elles sont nombreuses, toutes catégories sociales ou ethnies confondues, comme en atteste cette directrice d’école du Puy-en-Velay qui avait constaté que cette situation concernait les deux tiers de ces élèves.

Non seulement les mentalités ont évolué par rapport au mariage, jadis institution inébranlable, mais la raison est aussi sociale. « Avant les femmes étaient dépendantes financièrement de leurs maris. Aujourd’hui, elles travaillent et sont libres de partir si elles le veulent ». Michel, artisan dans le bâtiment en connaît un rayon sur la question. A 55 ans, il est père de trois enfants… de trois mamans différentes. Un schéma peu banal qu’il assume totalement.

« Si j’avais pu rester avec la même personne toute ma vie, je l’aurais fait. Mais tu ne choisis pas toujours ton chemin de vie » estime-t-il. « Ce qui est sûr, c’est que l’enfant ne doit pas être un frein à la séparation. Il souffrira beaucoup plus dans une famille où les parents ne s’entendent plus mais qui n’arrivent pas à se séparer ».

L’enfant pris en otage

Couple dispute

Aussi difficile que soit cette séparation, l’essentiel est de trouver le modus vivendi qui permet aux ex-conjoints d’entretenir de bonnes relations, tout en permettant à l’enfant de trouver son équilibre entre ses deux maisons.

Pour Michel, c’est justement là que le bât blesse. « Le plus gros problème du divorce : c’est l’ex ! » dit-il en plaisantant. Encore que… En matière d’ex, ce père de famille a tout connu : de la haine totale à l’entente parfaite, en passant par des relations cordiales mais sans plus. Pour faire pression sur l’autre, l’enfant est souvent pris en otage. « C’est l’unique levier dont dispose les parents ».

Un père, trois mères différentes ? Les enfants de Michel ne semblent pas lui en avoir tenu rigueur. « Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a pas eu de gros clash entre nous. Aucun ne m’a rejeté ». Si l’ainée vole aujourd’hui de ses propres ailes, les deux autres ont fait le choix de vivre sous le toit… de leur papa.

 

Je suis le mari de la banquière !

L’égalité des sexes a beau faire son chemin, les hommes prêts à se consacrer à leur famille pendant que Madame travaille ne sont pas légion. Un sacrifice ? Pas pour Stéphane, père au foyer de trois enfants et heureux de l’être.

Famille unie

Le congé parental d’éducation, c’est quoi ?

Outre les 16 semaines de congés maternité, la loi en France permet d’interrompre ou de réduire son activité professionnelle, que l’on soit le père ou la mère. Elle offre une indemnité compensatoire à hauteur de 390 euros par mois pendant un an, renouvelable deux fois.

Actuellement, seuls 3% des pères le prennent. Une question de motivation sans doute mais aussi l’inégalité des salaires qui poussent les mamans à se mettre en stand-by professionnel plus facilement que leurs conjoints.

Suite à une réforme du dispositif, le gouvernement français espères qu’ils seront 20% d’hommes à opter pour le congé parental d’ici 2017.

Des cas très minoritaires

Dans le jargon médiatique, on les appelle les « PàF », les pères au foyer. Un terme « in » pour parler de ces nouveaux papas qui ont fait le choix de quitter la vie active pour s’occuper de leurs enfants.

On se dit qu’avec l’évolution des mœurs et l’émancipation des femmes, ils ne sont plus si rares que ça. Et pourtant, trouver le témoignage d’un père au foyer pour cet article n’a pas été une mince affaire, on vous le dit !

En France, cette tendance est ultra-minoritaire : les pères ne représentent guère plus de 3% des parents au foyer. Ce papa en or, on l’a trouvé dans la périphérie de Rouen, où il vit depuis bientôt quatre ans avec sa femme et leurs 3 enfants de 8 ans, 6 ans… et 16 jours.

Le travail : un statut social

Juriste de formation, Stéphane a mis plusieurs fois sa carrière professionnelle entre parenthèses au profit de sa famille. Il a testé le fameux congé parental. « Cela ne me dérange pas de mettre la main à la pâte. Et je suis pour l’égalité des sexes. Avec ma femme, on s’est toujours dit qu’on devait faire nos choix en fonction de qui était le plus efficace pour telle ou telle partie ».

Avec une épouse banquière, et donc un salaire plus conséquent, la question visant à savoir qui travaille a vite été tranchée. « Beaucoup de gens attachent de l’importance à leur vie professionnelle pour l’aspect social qu’elle implique. On dit souvent que l’on est ce qu’on fait ! Mais, pour bien connaître le monde du travail, je sais qu’être à la maison, finalement, ce n’est pas si mal non plus ».

Une situation familiale encore incomprise

Pere et enfants

Certes, effectuer les tâches ménagères, pendant que tout le reste de la petite famille vaque à ses occupations, n’est pas hyper épanouissant. Et pour enfoncer le clou, « comme tu demandes à tout le monde de faire attention au rangement, tu passes pour le mec pénible ». Mais Stéphane est plutôt du genre à voir la vie du bon côté.

Passer le balai, c’est aussi s’offrir gratis « une petite séance de sport ». Bien sans ses baskets, ce papa quadra ne se préoccupe guère du qu’en-dira-t-on. « Pour les gens, je suis le mari de la banquière mais j’en rigole. Au niveau de l’ego, ça ne me dérange pas du tout. J’ai fait de la danse classique dans ma jeunesse, être regardé différemment par les autres, j’ai l’habitude. Quand les gens demandent ce que je fais dans la vie, c’est parfois pour ma compagne que c’est moins évident. Les schémas familiaux sont assez bien établis et ancrés. Que le papa reste à la maison, sans activité, ça la titille un peu. Mais au niveau de la sphère familiale, cette situation offre un plus indéniable. On a le temps de profiter ensemble de nos weekends ».

Crédits photos :
- Par PANMED — Travail personnel, CC BY-SA 4.0
- Par Virginia State Parks staff — Learning new skillsUploaded by AlbertHerring, CC BY 2.0

×